L’installation d’un disjoncteur différentiel : est-ce à faire par soi-même ?

La négligence de la sécurité d’une installation électrique chez soi est un acte irresponsable. Vos appareils électroménagers ont besoin de protection. Vos divers postes de travail électriques nécessitent un appareil de coupure en cas d’incident ou de court-circuit. Réagir très rapidement aux surintensités et interrompre le courant pour arrêter les dégâts.

Les spécificités du disjoncteur dans son fonctionnement

Très souvent, il est tentant de mettre la main à la pâte quand le travail est attractif. L’installation d’un dispositif de protection électrique attise la curiosité de tous. Ce n’est pas du bricolage qui va s’effectuer. Pour parer aux accidents électriques, aux surcharges, placer un disjoncteur différentiel dans le circuit doit être possible. Mais est-il possible de le faire soi-même ? Dans le cas d’une réponse positive, il est primordial de se familiariser aux appareils de coupure d’électricité avant de s’engager dans l’exécution d’une telle tâche.

Un disjoncteur assume le même rôle qu’un fusible devant l’avarie qu’entraîne l’intensité anormalement élevée du courant électrique. Ce système saute dès qu’il y a un dysfonctionnement et nécessite un remplacement pour le remettre en état de travail, après élimination de la panne. Le disjoncteur coupe le circuit, mais après réparation il suffit de le réarmer et le système marche à nouveau. Le disjoncteur du tableau électrique se déclenche pour protéger les appareils qui lui sont reliés. Quand un court – circuit survient, la surintensité provoque un champ magnétique dans une bobine ce qui va ouvrir les contacts au disjoncteur.   

Le fonctionnement d’un disjoncteur : ce qu’il faut savoir

Le rôle principal du disjoncteur est de protéger les réseaux contre les courts-circuits et les surcharges pouvant se produire dans la maison. Le branchement de plusieurs appareils simultanément risque de dépasser la puissance souscrite et provoquer une coupure générale. Il y a des disjoncteurs qui protègent des défauts de l’alimentation et qui évitent l’électrocution par accident des personnes en contact aux masses métalliques sous tension. Ce dispositif s’appelle disjoncteur différentiel. Il détecte la différence d’intensité de courant, qui dérive vers la terre entre les deux fils, et qui coupe aussitôt le circuit électrique. Son réarmement n’est possible qu’après élimination de ce courant de fuite. Avec l’existence de plusieurs disjoncteurs divisionnaires dans le tableau électrique des habitations, il est meilleur de brancher sur chacun un disjoncteur différentiel qui les supplée pour mieux protéger les biens matériels et sauver les personnes. La sensibilité du disjoncteur a un rapport avec son efficacité à la sécurité.

Types de disjoncteur différentiel – norme

Comme vous saviez, le disjoncteur différentiel coupe le courant dès qu’il constate la présence d’un courant de fuite vers la terre. Cette situation prouve un mauvais isolement entre les fils du circuit. L’emploi d’un disjoncteur dans les réseaux domestiques est obligatoire. La sensibilité différentielle du dispositif est une valeur normée que vous devez choisir selon le besoin en protection qu’exige la zone de l’habitation. Le choix de disjoncteur différentiel à installer doit être conséquent de la puissance du réseau qui vous est allouée. Un calcul d’intensité s’avère utile pour préciser le courant de fuite qui est consigné à être détecté par l’appareil. Il existe trois types de disjoncteurs différentiels : celui qui est classé sous la désignation AC est censé à protéger des circuits tels que les éclairages, et les prises de courant. Il a la spécificité de détecter l’anomalie à composantes alternatives ; le disjoncteur différentiel sous la nomination A est destiné à la protection des appareils électriques à circuits spécifiques. Au moindre écart de valeurs à composantes alternatives ou continues, il coupe le circuit ; le dispositif de type E ou HI/HPI se déclenche pour sauver les appareils qui ne supportent pas les petites coupures de courant. Pour trouver le type de disjoncteur compatible à votre cas quand le besoin est présent, il ne faut pas hésiter à vous adresser à un électricien professionnel.

Branchement d’un disjoncteur différentiel

Réaliser soi-même l’installation d’un disjoncteur différentiel ou faire appel à la compétence d’un électricien professionnel dépend de votre savoir-faire en électricité. Vous pouvez suivre les étapes suivantes : choisir le bon appareil répondant aux normes exigées pour votre situation ; vous assurer du calibre de sensibilité du disjoncteur ; avoir le type du disjoncteur adéquat.

Avant de procéder à l’installation proprement dite, il faut couper le courant venant du disjoncteur général du tableau électrique. Vérifier à l’aide d’un multimètre qu’il n’y a pas de courant qui passe. Cette étape est primordiale pour votre sécurité. Dans cette boite existent des rails qui sont prédestinés à recevoir les disjoncteurs différentiels. Il ne vous reste qu’à insérer sur l’un d’eux votre disjoncteur. Il reste à relier le fil phase et le fil neutre venant de l’alimentation principale à celui-ci qui sert de pont de sécurité pour votre circuit nécessitant sa protection. À la moindre défaillance sur la ligne électrique protégée, votre disjoncteur saute, mais le reste des lignes de l’habitation n’est pas affecté. Ces conseils ne sont pas donnés à un simple bricoleur.

Acheter des coffrets et des armoires électriques en ligne
Changer son relais thermique, comment faire ?